Luna Park, hors-série

Sens, tranquille ami de tant de larges,
combien ton haleine accroît encor l'espace.
Dans les poutres des clochers obscurs,
laisse-toi sonner. Ce qui t'épuise

devient fort par cette nourriture.
Va et viens dans la métamorphose.
Quelle est ta plus pénible expérience ?
S'il te semble amer de boire, fais-toi vin.

Sois dans cette nuit de démesure
la force magique au carrefour des sens,
et le sens de leur rencontre singulière.

Que si le destin terrestre un jour t'oublie,
à la calme terre, dis: je coule.
A l'eau vive, dis: je suis.

Rilke, R. M. (1922). «Sens, tranquille Ami...». In Les Sonnets À Orphée, "Rainer Maria Rilke". Paris: Éditions Pierre Seghers. (p. 184, trad. M. Betz, ed. 1949)

1 comentário:

Anonymous disse...

BOM GOSTO
no rilkiano Senso!

M.N.